Devenir courtier

+114% en un mois

Le mauvais souvenir


Ce joueur a découvert la Bourse en pleins marchés baissiers vers 2002. Impatient, il s’est lancé sans aucune connaissance, ni formation, ni visibilité. Il a jeté son dévolu sur Alstom. Il disposait au départ d’un capital de 25.000 euros.

Alstom a lancé un profit warning. A ce moment là, il ne savait meme pas ce qu’était un profit warning… La valeur s’est effondrée. Les pertes ont grimpé. Il a moyenné à la baisse pour tenter de diminuer son prix de revient à l’achat. Et ses pertes ont augmenté jusqu’à atteindre 20.000 euros. Il n’a pas vendu et a conservé cette position, bloquant son compte pour plusieurs années. Ce qui ne l’a pas empêché de s’entraîner à blanc depuis !


Sa découverte du Forex


Grâce au mensuel Capital, il a découvert le jeu Forex chez le broker avatrade et s’est inscrit aux deux éditions. Au cours de la session de fin 2005, il a réalisé une quarantaine d’opérations parvenant alors à faire progresser son compte de +114% en un mois.


Sa manière de jouer


Il est fondamentalement convaincu par l’analyse technique : http://www.trader-forex.fr/


« Les investisseurs particuliers n’ont pas trop accès à l’analyse fondamentale. Cette dernière requiert beaucoup de subjectivité au niveau de son interprétation. Effets d’annonces, rumeurs, il faut savoir décrypter ! Au contraire, l’analyse technique présente le gros avantage de placer tout le monde sur un pied d’égalité. Les signaux donnés par cette approche sont indiscutables. »


« Il me paraît clair que certains intervenants ont le pouvoir de faire bouger les cours. Je ne sais pas ce qu’ils ont dans la tête. Je n’y accède pas. Cela sert donc à rien de tenter d’analyser le pourquoi du comment. Je préfère adopter la stratégie du suiveur en tentant de me mettre dans le sens du vent de ceux qui poussent les cours. »
Il ne suit pas les cours en temps réel et intervient à l’avance.


« Généralement, je passe mes ordres le matin avant de partir au travail. J’ai une target au niveau des profits et je place un stop. Cette manière de fonctionner me permet de ne pas subir le stress du suivi des cours. »


« Attention, il est très important de placer des stops larges. Si j’achète l’euro/USD à 1,20 en plaçant un stop à 1,1960. Il est tout à fait possible que les cours descendent sous 1,1960 avant de monter vers 1,2050 le soir quand je rentres du travail. Bilan, je suis stoppé au lieu de gagner. Je considère donc que la fonction principale du stop est d’éviter de « sauter » avec une énorme perte. Je le place à 100 pips. Ce qui permet à mes positions de vivre sans être débouclée prématurément. »